Home

Le musée comme antidépresseur

 

Rencontre avec le professeur de psychiatrie et d’addictologie à Paris VII, Michel Lejoyeux, sur la thématique de la dépression hivernale et comment lutter contre celle-ci :

Nous continuons à chaque saison à regarder la manière dont vous pouvez vous charger de manière naturelle, en antidépresseurs personnels, c’est-à-dire des moments antidéprime. Il y a un endroit auquel vous ne pensez peut-être pas assez, quand le temps n’est pas beau. Et cela a à peu près le même effet qu’une visite chez un psychothérapeute. Je pense à une visite dans un musée. On oublie à quel point le musée peut être riche en émotions positives mais il y a une manière particulière de visiter ce musée pour se charger en émotions positives.

Vous n’allez pas courir à travers ou le Louvre ou tout autre grand musée en voulant faire ce musée in extenso. Vous allez choisir une toile. Le secret, c’est de prendre un petit peu de temps, c’est de prendre le temps de méditer face à cette toile. Vous mettez un chronomètre ou votre téléphone, et vous inscrivez 15 minutes et pendant 15 minutes vous allez rester face à cette toile . Vous allez commencer à être pénétré du sujet, à être pénétré de l’effet des couleurs  et vous allez voir comment travaillent en même temps vos deux hémisphères : l’hémisphère majeur, l’hémisphère gauche, raisonnable, qui va s’intéresser au sujet de la toile et puis vous allez aussi faire travailler votre hémisphère mineur, celui de l’émotion, celui qui est sensible à la couleur, à la tonalité.

En 15 minutes vous allez faire une expérience qui n’a rien à voir avec ce que vous faîtes d’habitude quand vous visitez au pas de course les musées. C’est une expérience complétement adaptée à cette fin d’hiver, pas besoin que la météo soit de la partie et vous allez pouvoir ainsi finalement stimuler à la fois vos émotions et votre cerveau.

 

Source sur la vidéo lepoint.fr