Home

La grande famine en Irlande

Au cours du XIXème siècle, l’Irlande est victime d’une grande famine. Cette catastrophe aura en effet fait un million de morts. La famine débute à l’automne 1845. Seulement 5 ans plus tard, le bilan démographique est déjà très lourd pour l’histoire du pays : un million de morts et un million et demie d’immigrés.

L’origine de la grande famine irlandaise

C’est une maladie due à un champignon parasitaire appelée le mildiou qui est à l’origine de la pénurie de pommes de terre qui entraîne la grande famine en Irlande. Par ailleurs, les mauvaises conditions météo de cette période contribuent grandement à la propagation de la maladie. Ainsi, un tiers de la récolte irlandaise est perdue à l’automne 1845. Un désastre qui affecte particulièrement les paysans irlandais dans la mesure où la pomme de terre représente l’essentiel de leur régime alimentaire.

Une hécatombe démographique

En fait, la famine tue de deux manières : d’une part les individus meurent de faim (œdème et dysenterie) ou à cause des épidémies propagées par les conditions météorologiques désavantageuses (choléra, typhus, fièvres) au sein d’une population extrêmement affaiblie par la famine. Fait important d’un point de vue démographique : les pauvres ne sont pas les seuls affectés. Tous ceux qui viennent en aide aux nécessiteux (médecins, pasteurs, prêtres etc.) sont eux aussi touchés par les maladies, et, affaiblis par la famine, finissent par y succomber eux aussi.

Charité privée

A l’automne 1846, les quakers jouent un rôle très important dans l’aide aux plus démunis en formant un comité central de secours à Dublin et dans les principales villes d’Irlande. Ils parviennent, via des fonds récoltés auprès de leurs coreligionnaires nord-américains à établir des soupes populaires très peu onéreuses, voire gratuites. Une générosité internationale de masse qui va aider à endiguer le problème de la famine historique qui sévit en Irlande à cette époque-là. En effet, des dons et provisions en provenance du Canada, des Antilles et d’Europe contribue à endiguer la catastrophe.