Tragédie, comédie et tragé-comédie

 

Le théâtre est un vaste art littéraire dont les genres peuvent, comme dans tout art, se croiser et se regrouper. Toutefois, plusieurs grands registres se retrouvent dans le théâtre classique, ce dont nous allons parler dans cet article en commençant par la tragédie, la comédie et la tragi-comédie :

La tragédie

Les rites sacrificiels grecs destinés aux Dieux sont la source du registre de la tragédie. C’est pourquoi, la notion de sacrifice demeure fondamentalement omniprésente dans ce registre. Le héros se heurte à un obstacle qu’il n’est pas en mesure d’en triompher. L'ennemi est rarement un être humain, car mortel. L’obstacle est davantage une force occulte, divine ou une fatalité qui va largement au-delà du pouvoir d’un simple être humain. C’est pourquoi la plupart des tragédies se terminent par une issue fatale, raison pour laquelle on a généralement une distance nette entre histoire et spectateur. L’issue étant généralement désagréable, on ne souhaite pas placer le public dans cette situation et ce sentiment présents sur scène.

En résumé, la tragédie prend place dans un monde déterministe, dépourvu d’amour et de pitié, régit par des règles en quasi-contradiction avec la notion du bonheur parmi les mortels. Le protagoniste se retrouve ainsi, dans la plupart des cas, condamné au sacrifice. Citons par exemple Roméo et Juliette de Shakespeare ou Phèdre de Jean Racine.

La comédie

Comme vous le savez, la comédie cherche à faire rire, ou du moins à faire sourire le spectateur, et le théâtre n’y fait pas exception. Il faut néanmoins rappeler que l’humour peut revêtir de très nombreuses formes telles que la farce, la commedia dell’arte, la comédie absurde, le comique de répétition ou encore celui de situation. On associe le rire à la surprise, à un réflexe nerveux non contrôlé, et peut être provoqué aussi bien par des subtilités intellectuelles que des références moins raffinées, voire vulgaires. Il est également une réponse à un danger et une distanciation face à un sujet parfois douloureux : on parle alors de second degré.

En théâtre, la comédie est un registre très exploité par les français Molière ou Bernard Zimmer à travers plusieurs œuvres faisant appel aux différentes formes de comédie. Poids de la société, emprise du caractère ou obstacles individuels sont de grandes inspirations pour les auteurs de théâtre du registre comique. Celui-ci fait ainsi appel à la moquerie, ou presque à l’inverse, à la sympathie des spectateurs.

La tragi-comédie

Registre qui, comme son nom l’indique, se situe à mi-chemin entre la comédie et la tragédie, la tragi-comédie se retrouve dans des œuvres classiques comme le Cid de Corneille. On y retrouve une action romanesque, un dénouement heureux et un refus des règles imposées. Le Cid de Corneille est un très bon exemple en ce sens qu’il conte un une histoire d’amour entravée par différents obstacles, comme le fait la tragédie. Toutefois, à l’instar de la comédie, le dénouement y est heureux et les deux amants finissent par se retrouver. Coups de théâtre et changements de décor sont donc généralement au rendez-vous pour permettre à la pièce de combiner à la fois des éléments tragiques et des éléments heureux et surtout, un changement voire un retournement de situation.

 

Consulter les autres articles sur les arts de la scène

Arts de la scène

Nombreuses sont les œuvres qui ont marqué la scène au fil des siècles : nous découvrions ici deux grands arts relatifs à la scène à savoir la danse et le théâtre. La musique étant consacrée à une autre rubrique, notre attention se portera donc sur ces deux autres grandes formes d’art par lesquelles s’expriment les hommes à travers paroles et gestes sur scène. Spectacles vivants seront donc au rendez-vous via des articles dédiés aux grands artistes, aux grands registres auxquels appartiennent leurs œuvres et bien d’autres encore.

 

Découvrons la tragédie, la comédie et la tragi-comédie au théâtre