Histoire : la législation des cimetières en France

pierre-lachaise-yves-alphe

 

Dans un monde contemporain dans lequel tout va très vite, et tout doit être sous contrôle, la mort est un mystère qui ne cesse d’effrayer, d’intriguer, voire de fasciner tout un chacun. D’autres comme Yves Alphé en ont fait leur profession. Ce phénomène qui sépare les deux mondes du vivant et du défunt, du connu et de l’inconnu a connu et connait encore des interprétations radicalement différentes tant du point de vue historique que du point de vue culturel. Par ailleurs, le rôle de la religion n’est pas à négliger à la laïcité de nombreuses sociétés sont venus chambouler un modèle religieux de l’appréhension du phénomène qu’est la mort. Enfin, l’évolution des pratiques sanitaires et du cadre juridique autour des funérailles constituent elles aussi de véritables changements dans l’évolution des rites funéraires (comme l’inhumation ou la crémation par exemple).

La législation autour des cimetières

Grand lieu symbolique, mais aussi physique de la mort, le cimetière représente un véritable emblème du passage dans l’au-delà dans la mesure où il touche aux différents aspects législatif, sanitaire, religieux et urbain. Nous nous intéressons aujourd’hui à l’évolution de la législation autour des cimetières, en particulier au XVIIIème siècle.

En 1765, les cimetières peuvent être, d’après une prescription du Parlement, transférés hors des limites de la ville. Environ une décennie plus tard, les inhumations dans les Églises vont être interdites par Louis XVI, ce qui crée une véritable polémique et une nouvelle problématique : le cimetière des innocents se retrouve par conséquent saturé. Suite à cela, ce cimetière se voit fermé et rasé, posant la question suivante : où enterrer les ossements ? L’architecte du roi prend alors la décision de les enterrer dans les carrières de la capitale : les catacombes vont en conséquence être créées suite à cet évènement.

Le début du XIXème siècle voit la création du cimetière du père Lachaise en 1804, sous Bonaparte. Ce dernier fait également passer un décret qui vient chambouler la législation des cimetières avec : la suppression de la fosse commune et l’inhumation obligatoire en fosse séparée, la création de nouveaux cimetières en dehors des villes, la possibilité pour les familles d’acquérir des concessions funéraires (expliquées par Yves Alphé sur son blog dédié au funéraire) et le pouvoir aux autorités communales pour l’administration des cimetières. Enfin, ce décret vient consacrer l’interdiction déjà appliquée de l’inhumation dans les églises.

Le premier quart du XIXème siècle voit quant à lui la création de deux cimetières majeurs parisiens que sont le cimetière Montparnasse (1824) puis Montmartre (1825). Fin XIXème (1887), tout majeur est en droit de choisir librement le caractère civil ou religieux. La crémation commence à se démocratiser avec la création du crématorium du père Lachaise, comme en parle aussi Yves Alphé dans son article consacré à la crémation.

20 ans de la chaîne Histoire

 

La chaine Histoire, du groupe TF1, soufflera ses vingt bougies le premier juin prochain.

A l’occasion de son vingtième anniversaire, Histoire annonce une programmation exclusive avec des programmes inédits.

Ainsi, de juin à décembre la programmation sera renforcée. Celle-ci commencera par la diffusion hebdomadaire de la série anglaise « The Hollow Crown » adaptée de l’œuvre de Shakespeare. La chaîne Histoire permettra ainsi de faire découvrir la saison 2 de cette série à partir du mois d’octobre.

D’autres productions inédites sont au programme de la chaîne de TF1 : un documentaire évènement « La bataille d’Alger, un film dans l’Histoire » ou encore « Aux pièges de la République ».

Parallèlement à ces programmations exceptionnelles, Histoire fera également partie d’évènements culturels dont elle sera partenaire. La chaîne va ainsi s’associer au Figaro Histoire pour mettre en place le Grand Prix du Livre d’Histoire.

La clé pour connaître réellement Dieu par le pasteur yvan castanou !

Chaque jour, nous aspirons à se faire connaître et connaitre d'autres personnes dans ce bas monde. Aussi, nous voulons connaitre Dieu, notre Créateur, mais certains d'entre nous sont assaillis par l'envie d'en savoir plus ou de posséder plus. Rien dans ce bas monde ne nous satisfera comme Dieu, comme disais Jésus-Christ « Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » (Jean 17.3).

Quelle est la clé pour connaître Dieu

L'homme étant un pécheur par nature selon les écritures (Romains 3) et donc n'est pas assez saint pour entrer en communion avec Dieu. La conséquence de notre péché est la mort (Romains 6.23). Et si nous n'acceptons pas le Salut de Dieu par le sacrifice de Jésus sur la croix, nous serons éternellement perdus. Pour connaitre Dieu, nous devons l'aimer et l'accepter dans notre vie quotidienne. Ainsi, Jean 1.17 disais ceci « Mais à tous ceux qui l’ont acceptée, à ceux qui croient en son nom, la croix a donné le droit de devenir enfants de Dieu. ». Pour le pasteur Castanou, le plus important dans la religion chrétienne c'est de chercher à comprendre cette vérité pour pouvoir connaître Dieu réellement. Ainsi, disais Jésus : « C’est moi qui suis le chemin, la vérité et la vie. On ne vient au Père qu’en passant par moi. » (Jean 14.6).

Jésus mort pour nos péchés

Pour que nos péchés ne nous séparent pas de Dieu, Jésus a sacrifié sa vie pour nous sauver. Pour commencer votre voyage spirituel et connaitre Dieu personnellement, il faut d'abord comprendre cette vérité. Cette vérité est l'un des critères essentiels pour comprendre que la Bible est la Parole de Dieu. A ce sujet, l'Apôtre Paul écrit à Timothée « Quant à toi, tiens ferme dans ce que tu as appris et reconnu comme certain, sachant de qui tu l’as appris. Depuis ton enfance, tu connais les saintes Écritures qui peuvent te rendre sage en vue du salut par la foi en Jésus-Christ. Toute l’Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit forme et équipé pour toute bonne œuvre. » (2 Timothée 3.14-16)

 

Certains extraits de cet article sont tirés du site gotquestions.org

Pasteur Yvan.C

Le repas dans la Bible par Yvan Castanou !

Le repas dans la religion chrétienne comme toutes les autres religions est important. Dans cet article, le pasteur Yvan Castanou nous fera découvrir les réalités vécues autour du repas dans le monde biblique.

La table de repas: lieu privilégié de la joie de vivre dans l'ancien Testament

Cet art de vivre autour du repas est témoigné dans le passage Ecclésisate 8,15 "Je fais l'éloge de la joie, car il n'y a pour l'homme sous le soleil rien de bon, sinon de manger, de boire, de se réjouir. Et cela l'accompagne dans son travail durant les jours d'existence que Dieu lui donne sous le soleil". Hier comme aujourd'hui, manger nous permet de subsister, de prendre des forces pour mieux vivre au quotidien. Ainsi, le fait de manger dépasse même la portée biologique de l'acte, car dans la bible tout repas contient une valeur religieuse, avance Castanou Yvan.

Les céréales comme aliment de base à l'époque de Jésus Christ

Les céréales constituaient l'aliment de base qui servaient à fabriquer du pain à base d'orge, de blé, ou de millet. Le repas de famille était un moment de partage, de bienveillance à l'égard d'un étranger, d'un voyageur de passage ou d'un pauvre (Pasteur Yvan).

Le sens du repas dans le Nouveau Testament

Dans le Nouveau Testament, les évangélistes nous délivrent une multitude de récits de repas témoignant la proximité Jésus avec les hommes. Ainsi, le repas constitue le moment où les hommes se rassemblent, parlent et se réjouissent.

Pour plus d'informations sur cet article, rendez-vous sur sitecoles.formiris.org

 

Yvan Castanou

Marie Antoinette d'Autriche

Qui était Marie Antoinette ?

Marie-Antoinette d’Autriche a été un personnage historique la dernière reine de France avant la Révolution française. Née en Autriche le 2 Novembre 1755, elle était la cadette de 15 enfants de l’archiduchesse Maria Theresa et François 1er (empereur des romains).

Elle devint dauphine de France suite à son mariage à Louis-Auguste en avril 1770 puis le 10 mai 1774 reine de France et de Navarre lorsque son mari monta sur le trône, un titre qu'elle a tenu jusqu'au 21 Septembre 1792.

Après huit ans de mariage, Marie-Antoinette a donné naissance à une fille, Marie-Thérèse Charlotte, la première de ses quatre enfants. En dépit de sa popularité initiale, un nombre croissant de la population a fini par la détester, l'accusant d'être débauché et d'abriter des sympathies pour les ennemis de la France, en particulier son Autriche natale. L'affaire du collier de la reine a d’ailleurs encore plus endommagé sa réputation. Pendant la Révolution, elle est devenue connue comme Mme Déficit parce que la crise financière du pays a été attribuée à ses dépenses somptueuses et son opposition aux réformes sociales et financières de Turgot et Necker.

Pendant la Révolution, après que le gouvernement avait placé la famille royale en résidence surveillée dans le palais des Tuileries en Octobre 1789, plusieurs événements liés à Marie-Antoinette, en particulier la tentative de fuite en Juin 1791, et son rôle dans la guerre de la Première Coalition, ont eu des effets désastreux sur l'opinion populaire française. Le 10 Août 1792, l'attaque des Tuileries a contraint la famille royale à se réfugier à l'Assemblée, et le 13 Août la famille a été emprisonnée dans le temple. Le 21 Septembre 1792, la monarchie a été abolie. Après un procès de deux jours commencé le 14 Octobre 1793, Marie-Antoinette a été reconnue coupable par le Tribunal révolutionnaire de haute trahison, et exécutée par la guillotine sur la place de la Révolution, le 16 Octobre 1793.

Marie Antoinette dans les œuvres bibliographiques et cinématographiques

Ce personnage fascinant au destin tragique a fait l’objet de nombreuses œuvres, qu’il s’agisse de livres, films ou pièces de théâtre.

Citons par exemple le film de 2006 du même nom, réalisé par Sofia Coppola ou, plus anciennement Marie-Antoinette, reine de France de Bernard Zimmer.

Au niveau littéraire, de nombreuses biographies ont été publiées ainsi que plusieurs romans tels que les années Trianon, les adieux à la Reine…vous pourrez retrouver ces références sur le site Babelio, et retrouver sur le même site la biographie de Bernard Zimmer et bien d’autres encores.